Censure d’Internet : l’Oscar pour Nomadland et celui de Chloé Zhao cachés aux Chinois

On rapporte cette semaine que l’État chinois continue de censurer «sa» version de l’Internet, alors qu’il a fait disparaître toute référence à l’Oscar gagné par la ressortissante Chloé Zhao. Eh oui, il semble que si vous regardez en ligne à partir de la Chine, vous ne trouverez aucune mention du fait qu’une femme d’origine chinoise vient de remporter un Academy Award aux États-Unis en tant que meilleure réalisatrice, rien de moins, ni que son film Nomadland a remporté le prix du meilleur film; vous pouvez trouver de l’info sur les autres gagnants 2021 d’Oscars, mais pas sur ce film précis, ni sur sa réalisatrice.

Comme on s’en souviendra, la Chine a mis en place toute une série de technologies et de systèmes visant à épurer le Web et les réseaux sociaux des sources et de l’information jugées incompatibles avec le bien-être de la société chinoise par son gouvernement. Ce grand mur numérique de Chine permet au gouvernement chinois de choisir à volonté l’info à laquelle ont accès ou sont exposés ses citoyens — pour le bien commun, évidemment.

On ne sait pas exactement pourquoi les renseignements relatifs à Chloé Zhao et à son film ont été ciblés, mais on soupçonne une entrevue donnée en 2013 comme en étant la raison. En effet, la réalisatrice aurait osé dire à un journaliste que son expérience, en sortant de la Chine (pour aller étudier en Angleterre), lui avait fait comprendre qu’un grand nombre de mensonges étaient véhiculés en Chine, au point que cette société en était truffée.

Quelle qu’en soit la raison, la Chine a choisi de censurer toute nouvelle du prix gagné par Chloé Zhao et son film, de la version du Web à laquelle on peut légalement accéder à partir de l’intérieur de ce pays. Le New York Times rapporte qu’une recherche à ce sujet sur le moteur de recherche chinois Weibo donne un seul résultat énonçant : «According to relevant laws, regulations and policies, the page is not found» [ce résultat s’avère indisponible pour des raisons de conformité au droit].

Si on censure une telle information pour une raison aussi anodine qu’une phrase dans une entrevue de 2013, on peut se douter de la quantité effarante d’information qui doit être bloquée ou censurée par la Chine pour ses citoyens.

Il s’agit là d’un nouvel exemple d’une tendance malheureusement bien établie dans les pays aux tendances antidémocratiques. Eh oui, comme c’est souvent le cas, quand une technologie existe pour faire quelque chose (comme disséminer l’info par le Web), on pourra habituellement rapidement en trouver une pour la contrer.

Exemple surréel de véritable censure, mais un bon exemple de jusqu’où peut aller un régime de contrôle de l’information, dans un pays qui opte pour cette voie, plutôt que la liberté d’expression et de circulation de l’information.  Ainsi, malgré l’existence de l’Internet, des réseaux sociaux et du Web, le Grand mur numérique de Chine permet à l’État chinois de mettre des lunettes teintées de rose (ou est-ce de rouge?) à ses citoyens, pour leur propre bien — évidemment.

En passant, j’ai vu Nomadland et c’est effectivement très réussi. Je vous encourage à le voir, autant pour sa réalisation que pour la performance de Frances McDormand.

Le gouvernement canadien entendrait régir, par l’entremise du CRTC, les contenus placés en ligne, incluant l’UGC et les applis

Comme on s’en souviendra, depuis l’automne dernier, le gouvernement fédéral est à tenter de faire adopter son projet de loi C-10, lequel vise à modifier la Loi sur la radiodiffusion (inter alia), afin de viser les entreprises en ligne, incluant afin de permettre au gouvernement de taxer les services de diffusion en continu. Or, on apprenait récemment que le gouvernement aurait aussi l’intention de proposer des amendements législatifs visant à régir le contenu de ce qui est mis en ligne par les usagers (le «user-generated content», ou «UGC») et même le contenu des applis elles-mêmes.

Oui, le gouvernement libéral serait à tenter de modifier la loi canadienne afin de conférer à son chien de garde, le CRTC, le pouvoir de se prononcer quant aux contenus qui s’avèrent acceptables en ligne, incluant par rapport à ce qui est placé dans du contenu généré par des internautes, des jeux d’ordi et des applis en général. C’est du moins ce que voit poindre le juriste Michael Geist, basé sur le commentaire d’un député ayant (par erreur) commenté des amendements qui ne sont pas encore formellement proposés. Selon les propos du député en question, le gouvernement voudrait bel et bien ajouter le contenu des applis à ce que peut régir le CRTC — ce serait bien réel.

D’un projet de loi initialement présenté comme simplement destiné à permettre de taxer les Netflix de ce monde, à cause du mécanisme utilisé (la diffusion en continu), on est passé à un projet de loi visant aussi certains contenus, pour sembler nous diriger allègrement vers un projet de loi dont le résultat serait de régir carrément le matériel placé en ligne, y compris les applis, les jeux d’ordi et les éléments que créent et mettent en ligne des individus (des billets de blogue, des balados, etc.).

Y a-t-il seulement moi qui décèle une légère dérive dans ce qui est en train de se passer côté contrôle de l’Internet par le grand garnement fédéral? Hmmm. À suivre —malheureusement.

Super Resolution: quand la réalité rattrape la fiction grâce à l’intelligence artificielle

Pas de doute, la démocratisation des applications liées à l’intelligence artificielle l’«IA») nous amène chaque jour de plus en plus près de choses longtemps considérées comme de la science-fiction. Dernier exemple en lice : l’outil Super Resolution d’Adobe, qu’elle a récemment ajouté à son application Lightroom.

C’est bien connu, la présence d’une invention dans une œuvre de science-fiction mènera souvent (éventuellement) à la création de cette invention dans la vie réelle. Ce phénomène a été souvent démontré, alors que des scientifiques et des inventeurs sont inspirés par ce qu’ils lisent ou voient au cinéma ou à la télévision, par exemple quand ils sont jeunes.

Cette fois, c’est d’une chose très souvent présentée dont il s’agit, et pas seulement en science-fiction, mais aussi souvent dans des émissions de télé ou des films : le super zoom/nettoyage d’image magique. Vous savez? Un enquêteur/protagoniste est face à une photographie floue qui recèle peut-être une preuve ou un élément crucial. La solution : demander à l’ordi, par une simple commande (souvent, un clic) d’améliorer l’image et – pouf! On voit soudainement apparaître tous les détails requis dans la photo, comme par magie. Il s’agit d’un truc trop souvent utilisé, tant à la télévision qu’au cinéma, et ce, même s’il est impossible (ou à tout le moins pas mal moins performant ou spectaculaire) dans la vraie vie.

Eh bien, Adobe veut corriger cela avec son nouvel outil nommé Super Zoom, lequel permettrait, si on en juge par la démonstration en ligne ici, de doubler la résolution d’une image, en en améliorant la définition. Comme vous le savez peut-être, en temps normal, le fait de simplement doubler les pixels d’une image la rend floue — mais pas avec cet outil d’Adobe! En fait, en utilisant Super Zoom, les images floues acquièrent une définition étonnante grâce à un algorithme d’IA (d’apprentissage automatisé, en fait), qui devine ce qui devait se trouver dans les portions manquantes de l’image, intercalé entre les pixels effectivement présents dans l’image. Le résultat : si l’image initiale était floue, on finit avec une image relativement nette, bien que toujours imparfaite, évidemment.

Il s’agit là d’un exemple de plus de notre obsession collective à concrétiser, tôt ou tard, ce qui a été imaginé par la science-fiction. Dans le film Blade Runner, par exemple, le personnage principal dicte des commandes vocales à son écran/ordinateur afin d’agrandir une photographie, en «zoomant» à répétition afin de déceler des détails de plus en plus fins, jusqu’à trouver un indice enfoui dans un détail initialement imperceptible de la photo. Voilà quelque chose qu’on peut aujourd’hui reproduire, à l’aide d’un assistant personnel (comme Google Assistant) et de la fonction Super Resolution, deux outils rendus possibles par des applications liées à l’IA. Je ne serais d’ailleurs pas étonné qu’un geek passionné de sci-fi soit déjà à tenter de reproduire la scène en question du film Blade Runner!