Censure d’Internet : l’Oscar pour Nomadland et celui de Chloé Zhao cachés aux Chinois

On rapporte cette semaine que l’État chinois continu de censurer «sa» version de l’Internet, alors qu’il a fait disparaitre toute référence à l’Oscar gagné par la ressortissante Chloé Zhao. Eh oui, semble que si vous regardez en ligne à partir de la Chine, vous ne trouverez aucune mention du fait qu’une femme d’origine chinoise vient de remporter un Academy Award aux États-Unis, en tant que meilleur réalisatrice rien de moins, ni que son film Nomadland  a remporté le prix du meilleur film; vous pouvez trouver de l’info sur les autres gagnants 2021 d’Oscar, mais pas sur ce film spécifique, ni sa réalisatrice.

Comme on s’en souviendra, la Chine a mis en place toute une série de technologies et de système visant à épurer le Web et les réseaux sociaux des sources et de l’information jugées incompatibles avec le bien-être de la société chinoise, par son gouvernement. Ce grand mur numérique de Chine permet au gouvernement chinois de choisir à volonté l’info à laquelle ont accès ou sont exposés ses citoyens -pour le bien commun, évidemment.

On ne semble pas tout à fait certain de la raison pour cibler l’info quant à Chloé Zhao et son film mais on soupçonne une entrevue donnée en 2013 comme la raison en arrière-plan. En effet, la réalisatrice aurait osé dire à un journaliste que son expérience, en sortant de la Chine (pour aller étudier en Angleterre), lui avait fait comprendre qu’un grand nombre de mensonges étaient véhiculés en Chine, au point que cette société en était truffé.

Quelle qu’en soit la raison, la Chine a opté pour censurer toute nouvelle du prix gagné par Cholé Zhao et son film, de la version du Web à laquelle on peut légalement accéder à partir de l’intérieur de ce pays. Le journal The New York Times rapporte qu’une recherche spécifique à ce sujet, sur le moteur de recherche chinois Weibo, donne un seul résultat énonçant : «According to relevant laws, regulations and policies, the page is not found» [ce résultat s’avère indisponible pour des raison de conformité au droit].

Si on censure une telle information pour une raison aussi anodyne qu’une phrase dans une entrevue de 2013, on peut se douter de la quantité effarante d’information qui doit être bloquée ou censurée par la Chine pour ses citoyens.

Il s’agit là d’un nouvel exemple d’une tendance malheureusement bien établit dans les pays aux tendances anti-démocratiques. Eh oui, comme c’est souvent le cas, quand une technologie existe pour faire quelque chose (comme disséminer l’info par le Web), on pourra habituellement rapidement en trouver une pour la contrer. Exemple surréel de véritable censure, mais un bon exemple de jusqu’où peut aller un régime de contrôle de l’information, dans un pays qui opte pour cette voie, plutôt que la liberté d’expression et de circulation de l’information.  Ainsi, malgré l’existence de l’Internet, des réseaux sociaux et du Web, le Grand mur numérique de Chine permet à l’État chinois de mettre des lunettes teintées de rose (ou est-ce de rouge?) à ses citoyens, pour leur propre bien -évidemment.

En passant, ai vu Nomadland et c’est effectivement très réussit comme film. Je vous encourage à le regarder, autant pour sa réalisation que pour la performance de Frances McDormand.