Instagram : cet espion dans votre poche?

Instagram et Facebook font l’objet d’une action collective aux États-Unis quant à l’accès à la caméra de certains cellulaires sans réelle permission des usagers. Si vous avez jamais envisagé que certaines applis vous espionne, eh bien semble que ce ne soit pas de la pure paranoïa!

En effet, malgré prétendre n’accéder à la caméra des appareils quand un usager se sert de la caméra en utilisant l’appli sur un appareil iPhone, la société Facebook et sa filiale Instagram accéderaient semble-t-il aux caméras pendant que l’appli est simplement activée. Selon ce que je comprends, en pratique, l’appli Instagram aurait donc été configurée pour considérer que l’usager «utilise» l’appli dès qu’elle a été invoquée par l’usager, peu importe que ce soit 5 secondes, 5 minutes ou 5 jours avant. Vraiment?? Oui, vraiment, semble-t-il (on parle pour l’instant d’allégations dans une poursuite, évidemment). C’est du moins ce qu’on semble apprendre en lisant la procédure déposée aux États-Unis par un usager au nom de l’ensemble des usagers qui auraient été ainsi espionnés par Facebook et sa filiale.

La nouvelle quant à cette forme d’espionnage émergera depuis juillet, suite à une mise à jour du système d’exploitation iOS, lequel permet dorénavant aux usagers de constater quelles applis utilisent (dans l’instant) la caméra de leur appareil, en temps réel.

L’action collective serait maintenant à être considérée par le tribunal, à savoir si l’affaire pourra procéder parce que suffisamment bien fondée. Parmi les allégations, on parle évidemment d’intrusion dans la vie privée des usagers (pensez-vous??) et la violation de la loi américain en matière d’interception de communications privées, etc.

Les procédures introductives demandent notamment à ce que le tribunal considère ordonner à Instagram et Facebook de payer l’équivalent d’une pénalité dont le montant serait basé sur la quantité industrielle de profits générés par ces sociétés.

De son côté, Instagram et la maison-mère Facebook prétendraient qu’il ne s’agit que d’une anicroche involontaire découlant d’une erreur de programmation dans l’iOS. Hmmm, ah oui, en anglais «passing the buck» -un classique!

En passant, je suis tombé sur cette affaire par l’entremise d’un vlog (Vive Frei Vlawg) que je vous recommande, si vous aimez ce format et le droit. Bon visionnement si vous avez 20 minutes dans ce cas-ci.

Une autre raison pour moi de me fécliciter d’avoir adopté Android.

Indication de sources, marques et logiciels: quand une visite à votre boutique d’applis préférée devient un jeu de roulette russe

Le site LifeHacker demeure l’un de mes classiques en fait de vie numérique et des mille trucs qu’on peut toujours trouver pour mieux faire, plus vite, etc. J’y tombais hier sur un article recommandant d’éviter les magasins d’applis ou d’ajouts logiciels pour fureteur (comme le Chrome Web Store), lorsqu’on peut. Bien que ces répertoires de composantes logicielles soient parfois inévitables, le fait est qu’il s’avère souvent dangereux d’y télécharger des outils logiciels à moins de faire preuve de vigilance, notamment parce qu’il est si facile pour les escrocs d’y placer des maliciels déguisés en de véritables produits utiles et désirables.

La société AdGuard rapportait récemment que près de 300 ajouts logiciels distribués par l’entremise du magasin d’ajouts destinés à suppléer aux fonctionnalités du fureteur Chrome auraient été installés par des dizaines de millions d’internautes insouciants ou incapables de les distinguer des véritables composantes qu’ils cherchaient à installer. La statistique démontre l’existence d’un problème bien réel.

Le problème vient notamment du fait que les sociétés hébergeant les boutiques d’applis (par ex. Google et Apple) ont souvent un travail difficile de filtrage à faire quand on les contacte pour placer un produit logiciel sur leur plateforme. Au-delà de l’analyse technique, on a souvent un travail ardu à faire quant au nom de l’appli, puisque l’habitude est souvent de donner à des applis similaires des noms qui se ressemblent, souvent liés à la fonction du produit. L’article de LifeHacker donne l’exemple d’une recherche récente sur le Chrome Web Store quant à un ajout («add-on») précis, un produit réel nommé «Adblock», copié par d’autres maliciels déguisés récemment retirés par Google:

  • Ad-block for YouTube,
  • A-blocker,
  • UBlocker,
  • AdBlock — Stop Ad on every Site,
  • Adblocker-X,
  • StopAds, etc.

En pratique, si un internaute a un souvenir imparfait du nom (ou du logo) de la composante qu’il cherche, il pourra très bien éprouver des difficultés à discerner le vrai du faux au moment de cliquer pour l’installer. Facile à comprendre à quel point l’usager moyen (pressé et peu sophistiqué) a toutes les chances de se tromper au moment d’autoriser une composante sur son appareil ou son fureteur. Le problème est bien réel, pas de doute, et il ne s’agit pas non plus du genre de problème susceptible d’être enrayé à court terme.

Il est drôle de constater à quel point le droit des marques semble absent ici, lui qui doit régler ce genre de problème dans le vrai monde. Quand on ne peut plus se fier à une marque comme indicateur de source, on sait qu’on est en territoire similaire à celui du Far West, pas de doute.

En pratique, on nous recommande donc de toujours demeurer sur nos gardes au moment de trouver ou d’installer des applis et des ajouts logiciels, en vérifiant chaque fois si ce qu’on trouve correspond à 100% à ce qu’on cherchait, sans trop se fier à la marque, au nom ou au logo affiché dans la boutique. On recommande aussi d’éviter de se fier à la description du produit, qui sera habituellement falsifiée de toute façon si la composante est piégée. Au final, il est préférable d’obtenir toute composante directement du producteur de celle-ci, sans intermédiaire; on évitera ainsi d’être berné au passage alors qu’on se trouve en boutique. D’ailleurs, rappelons que les critiques affichées et provenant supposément des usagers sont aussi une mauvaise source d’information, puisqu’elles sont si faciles à trafiquer pour les fraudeurs.